Mai 04

Situation de l’e-santé en Afrique

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la e-Santé est la diffusion et la fourniture d’informations et de services médicaux par le biais des télécommunications et des technologies informatiques. Comme il englobe toutes les facettes des programmes de santé, telles que la promotion de la santé, la prévention, l’éducation, les tests, la collecte de données communautaires et la gestion de la santé, le terme « e-Santé » est plus descriptif que celui de télémédecine. La e-santé est particulièrement utile dans les zones reculées.

Les services de santé des pays en développement devraient pouvoir bénéficier des technologies émergentes en matière de santé, afin de répondre plus efficacement aux maladies chroniques, à l’absence de dossiers médicaux, au manque d’établissements de santé dans les zones reculées, à l’insuffisance des infrastructures routières et à d’autres problèmes du secteur de la santé.

Toutefois, des problèmes tels que la mauvaise coordination de projets pilotes en pleine expansion, la fragmentation des services de santé, le manque de sensibilisation et d’éducation à la santé numérique, l’instabilité de l’approvisionnement en électricité, le faible accès à l’internet et le déficit de communication des différents systèmes de santé numérique limitent la mise en œuvre de la santé numérique en Afrique.

Nombre de projets de e-Santé identifiés en Afrique sur www.do4africa.org

En savoir plus https://www.do4africa.org/projets/

Pourquoi la e-santé est-elle importante pour développer les services de santé en Afrique ?

Efficacité

L’e-santé peut permettre de gagner du temps. Les patients, par exemple, peuvent prendre eux-mêmes rendez-vous avec leurs prestataires de soins en ligne au lieu de faire la queue pour obtenir un rendez-vous. En outre, certaines solutions permettent aux patients souffrant de certaines pathologies de se faire diagnostiquer en ligne sans quitter leur domicile. 

Une meilleure compréhension de sa propre santé

Chacun peut avoir une meilleure vision et compréhension de sa  propre santé en utilisant un environnement numérique personnel de soins de santé. Les patients  peuvent partager leurs données avec les prestataires de soins de santé, permettant à ces derniers de travailler plus efficacement, d’évaluer facilement le bon médicament et d’éviter les erreurs, car les patients et les prestataires de soins de santé peuvent facilement accéder à l’historique du traitement du patient.

Réduction de la charge administrative

Les médecins ont moins de paperasse  dans leurs archives et peuvent échanger des données de manière sûre et efficace avec leurs collègues pour un meilleur suivi des patients. 

Accessible dans les zones reculées

Si les solutions d’e-santé permettent d’atteindre les zones reculées, elles dépendent toujours de la couverture mobile et internet. Elles peuvent être une solution en  Afrique quand les infrastructures routières sont encore un défi dans les zones rurales et les citoyens doivent parcourir de longues distances pour accéder aux établissements de santé. Grâce à leur téléphone, ils peuvent avoir un accès direct à certaines informations sanitaires. 

Un outil utile pendant la pandémie et les blocages qui en ont résulté

Lors de la pandémie de Covid-19, les gens ont connu une vie différente : ils sont restés chez eux, presque toutes les activités ont été interrompues et les personnes souffrant de maladies chroniques comme l’hypertension, les maladies cardiovasculaires et le diabète  étaient parmi les plus vulnérables. Une réalisation concernant les systèmes de santé en ligne a permis de montrer qu’en restant confinés, et en privilégiant les diagnostics en ligne, les personnes touchées participaient à la réduction de la propagation de la maladie.  Pendant cette pandémie, l’e-santé a également contribué à la fourniture de soins de santé mentale. De nombreuses plateformes en ligne communes ont permis d’atteindre l’objectif d’offrir des ressources de santé mentale abordables et complètes aux professionnels de la santé et au grand public.

Obstacles à la mise à l’échelle de l’e-santé en Afrique

Infrastructure et accès aux appareils

L’adéquation de l’infrastructure pour soutenir l’expansion des programmes de santé numérique reste un problème dans de nombreux pays africains. L’accès à une électricité fiable est encore limitée  dans de nombreux pays, notamment dans les zones rurales. De plus, certaines zones ne sont pas encore couvertes par les réseaux de télécommunication, ou mal couvertes par l’internet mobile. Enfin, la culture numérique en Afrique reste un problème pour un grand nombre de personnes qui n’ont pas suffisamment de compétences dans l’utilisation des appareils numériques.

Financement

Le manque de financement suffisant pour les programmes de santé numérique est toujours un problème, le besoin de dépenses initiales de démarrage, qui peut être un obstacle au déploiement, est une source particulière de préoccupation. Pour la viabilité à long terme de l’e-santé, les solutions de financement dédiées à l’utilisation des outils numériques dans les systèmes de soins de santé devraient être renforcées.

Stratégies et leadership gouvernemental

Dans certains pays, il n’existe pas de directives et de stratégies nationales cohérentes pour intégrer les approches de la santé numérique.  Selon un rapport de l’USAID : pour promouvoir la croissance de l’e-santé, les ministères de la santé et, plus généralement, le gouvernement doivent assurer le leadership en matière de TIC pour le progrès, notamment en facilitant les partenariats public-privé. Une plus grande coopération entre les organisations internationales, les gouvernements et les organisations locales de mise en œuvre est nécessaire pour éviter la mise en œuvre verticale de programmes incompatibles ou redondants.

Quelques projets qui ont un impact sur l’e-santé en Afrique

Babylon Health

L’application Babylon Health Application a pour objectif de rendre les services de santé plus abordables et accessibles pour tous. Elle offre un accès aux soins dont des services de suivi personnalisé, des conseils de traitements et des rendez-vous en face à face avec des médecins 24H/24 et 7j/7. Grâce à un partenariat avec Smart Africa,  Babylon va être déployé dans les pays africains membres. A travers l’application, des questions peuvent être posées, il est aussi possible de surveiller sa santé et d’obtenir des conseils médicaux par vidéo et audio ainsi que des consultations médicales.

Système de gestion des soins numérisés

Une solution qui dote les professionnels de la santé d’outils numériques qui simplifient l’identification, l’enregistrement et le suivi des patients, tels que des bracelets connectés, des terminaux de lecture mobiles et une plateforme de gestion. Le système de gestion des soins numérisés a été déployé au Sud Soudan, en Ouganda, au Tadjikistan, à Madagascar, en RDC, au Zimbabwe par Word Food Program et Famoco pour assurer l’assistance et le suivi des soins de santé dans le cadre des programmes de nutrition du PAM.

Lifebank

Lifebank est une plateforme nigériane qui relie les banques de sang enregistrées aux hôpitaux. Grâce à Google, LifeBank a intégré Google maps dans son application mobile, ce qui lui a permis de cartographier les lieux reliant les médecins, les banques de sang, les hôpitaux et les dispatchers. La société livre également des ressources essentielles aux hôpitaux tels que l’oxygène, des échantillons médicaux et des médicaments rares.

Wekebere

Wekebere Limited, une start-up ougandaise spécialisée dans la santé en ligne, a mis au point une solution qui permet aux futures mères de porter un simple moniteur fœtal dans des établissements aux ressources limitées où l’équipement de surveillance standard est trop coûteux et mal conçu. Cet outil portable est une ceinture légère avec des capteurs qui captent les paramètres vitaux de la mère et du fœtus. Ces informations sont traitées, stockées, analysées sur le système cloud qui extrait les caractéristiques de l’application mobile aidant  la mère à se connecter avec son bébé et à visualiser les informations.

Denko Kunafoni

Startup au Mali spécialisée dans la santé des femmes, des femmes enceintes, des mères et des enfants. Elle fournit des informations sur la maternité, des conseils et l’accès à des médecins spécialistes. Un système d’alerte par SMS et appels téléphoniques permet également de leur rappeler les consultations obligatoires et les dates de vaccination. Denko Kunafoni innove en offrant la possibilité de communiquer dans la langue locale.

Baobab Circle

Baobab circle propose une solution Kenyane de coaching virtuel pour accompagner des personnes atteintes de maladies chroniques comme le diabète. L’application s’appelle Afya Pap. A travers un chatbot, les patients ont accès sur leur téléphone à des conseils pour éviter des complications liées à leur pathologie. La startup se base aussi sur les sciences comportementales pour encourager les utilisateurs à modifier leurs habitudes. L’application permet aussi d’échanger avec des docteurs à distance, de conserver l’ensemble des résultats médicaux et elle contient une page dédiée aux questions les plus souvent posées par les personnes diabétiques. Le modèle d’affaires de l’entreprise est basé sur des partenariats avec des assurances-santé. Plus de 50 000 patients ont déjà utilisé ce service.

Pass Mousso

Pass Mousso est un bracelet digital qui peut être activé jour et nuit pour le suivi médical d’un patient avec une liste de membres de sa famille en cas d’urgence. Il a été testé dans différentes cliniques avec 200 docteurs et 10 000 patients en Côte d’Ivoire. Grâce à un code sur le bracelet, les médecins peuvent retrouver les informations concernant le patient. Cela permet le suivi entre les médecins et la communication auprès des familles en cas de besoin.

GiftedMom

Voulant apporter sa contribution à la lutte contre la mortalité infantile dont le taux est alarmant au Cameroun (51.5 morts pour 1 000 naissances en 2020), le jeune ingénieur informatique camerounais Alain Nteff Kezaf crée en 2013 Gifted Mom, une start-up sociale qui va lui permettre de développer l’application numérique éponyme qui, en plus de rappeler aux femmes enceintes et nouvelles mères les dates des vaccins ou des consultations à faire pendant et après la grossesse, dispose d’un algorithme envoyant à la demande des messages personnalisés, en fonction de l’âge du nourrisson. Derrière le projet, une équipe de 12 personnes à temps plein, 2 médecins et 4 agents de terrain travaillant avec plus de 30 infirmières dans les hôpitaux du Cameroun. Gifted Mom qui a notamment remporté l’Anzisha Prize en 2014, le prix du Commonwealth de la meilleure application e-santé en 2016 et qui est lauréate des « Challenges Sanofi en Afrique 2018 », compte 100 000 utilisatrices actives en 2018 dont des femmes enceintes et des mères des zones enclavées du Cameroun bénéficiant d’un suivi prénatal et post natal.

REMA

Lancé en 2018, le Réseau d’Echange entre Médecins d’Afrique (REMA),est une application mobile basée au Bénin visant à améliorer la qualité des décisions médicales prises par les médecins africains grâce à une application mobile qui leur permet de publier, discuter, résoudre des cas de patients et de collaborer en temps réel plus de vies. REMA est largement utilisé par les pays d’Afrique de l’Ouest, avec 75% d’utilisateurs actifs par mois.

Shezlong

La start-up égyptienne Shezlong a pour mission de lutter contre la stigmatisation des problèmes de santé mentale en Afrique du Nord. La société exploite une plate-forme de santé mentale en ligne permettant aux patients de se connecter à des thérapeutes agréés via vidéo sur mobile ou sur le Web.

Kea Medical

KEA Medicals,  une plateforme du Bénin vise à interconnecter les hôpitaux africains à travers une base de données unique afin de faciliter la remontée de l’historique médicale des patients. La plateforme Keamedicals est donc basée sur la gestion du dossier médical électronique du patient par l’Identité Médicale Universelle (IMU) de ce dernier. A travers ses plateformes web et mobile, KEA Medicals offre aux patients la possibilité de créer leur Identité Médicale Universelle, aussi simplement qu’un compte Facebook fournissant des informations de base comme (l’identité, les allergies, les maladies chroniques telles que l’hypertension artérielle, le diabète, l’ulcère, le groupe sanguin, le numéro d’un proche à contacter en cas d’urgence etc.). Après l’enregistrement, chaque patient reçoit son code d’identification IMU qui est un code QR. L’entreprise imprime ensuite sur différents supports (des bracelets, des patchs, des cartes) le code QR, le nom du patient et le numéro d’urgence.

RdvToubib

La plate-forme algérienne RdvToubib met en relation les patients et les médecins. Pour les patients, il fonctionne comme un annuaire listant les praticiens proches de leur domicile tandis que pour les médecins, RdvToubib est un outil de gestion de cabinet centralisant leurs rendez-vous. Les patients peuvent ainsi prendre rendez-vous sur Internet gratuitement et rapidement.

Signapps

Créée en 2016, Signapps est une application Sud Africaine de communication sécurisée conçue pour connecter des praticiens de la santé, des établissements et leurs fournisseurs. L’objectif est d’accélérer et de sécuriser la coordination entre les différents acteurs à l’aide de plusieurs modules: le module Messenger fournit un moyen sécurisé de partager des informations sur le patient, le module Form est destiné à collecter des données sur le patient et le module Storage offre une solution d’archivage sécurisé. Signapps utilise des Chatbots, l’Artificial Intelligence et la Blockchain dans ses produits.

Conclusion

La pénétration du téléphone portable étant supérieure à celle d’Internet, les services de santé en Afrique sont encouragés à utiliser spécifiquement les téléphones portables pour promouvoir l’accès aux soins, la sensibilisation et l’éducation, la collecte de données à distance, la télésurveillance et les soins à domicile, la communication des traitements aux patients, le signalement, la réponse aux épidémies et aux urgences. 

Les effets de la Covid-19 poussent à l’utilisation des services de santé en ligne sur tout le continent, car c’est l’un des moyens les plus sûrs de réduire les contacts humains. En réponse à ces défis, on constate ainsi une croissance continue de ces projets de e-santé, surtout en Afrique.