Fév 05

L’industrie des drones en Afrique

UAV

L’industrie des drones ou véhicules aériens sans pilote (UAV) en Afrique prend son envol et se transforme en une entreprise de grande envergure. La croissance de cette industrie est stimulée par une reconnaissance croissante de ses nombreux avantages à des fins commerciales ou non.  Le récent investissement de la société de renommée mondiale XM2 PURSUIT, spécialisée dans les drones et l’aviation, dans CharisUAS, un fournisseur rwandais de solutions aériennes, montre que le monde attend beaucoup de la technologie des drones en Afrique.

Aujourd’hui, les drones sont utilisés pour résoudre certains problèmes socio-économiques ou environnementaux. Dans de nombreux pays africains dotés d’une mauvaise infrastructure routière, les drones s’avèrent être un moyen efficace de fournir des services logistiques pour l’acheminement de fournitures dans les zones rurales. Ils sont extrêmement importants pour aider à la modernisation de l’agriculture africaine, car ils apportent plus d’efficacité, de précision et de fiabilité à un coût bien moindre. Les drones contribuent à optimiser les rendements agricoles car ils réduisent considérablement les coûts de production. Dans cet article, plusieurs cas d’utilisation seront décrits. Selon Simon Robinson, directeur du Mediatech Africa ( événement biennal sur les technologies avancées des médias et du divertissement), la technologie des drones est un outil puissant pour de nombreux secteurs de l’économie, mais il est indéniable qu’elle bouleverse aussi et modifie radicalement le secteur de l’événementiel, des médias et du cinéma.

Comment l’Afrique adopte-t-elle la technologie des drones ?

Cette technologie apporte des innovations dans le quotidien des populations du continent. Les drones ne sont plus seulement utilisés pour la surveillance ou comme outils de défense dans l’armée. Dans les pays en développement, et dans certains pays du  continent africain, l’état des infrastructures et notamment les routes en milieu rural peut constituer un frein au développement régional. Les drones peuvent dans certaines conditions permettre de pallier ce manque d’infrastructure et  investir dans la technologie des drones pourrait aider à répondre aux demandes de la région de manière plus efficace et plus rentable. Les drones sont actuellement utilisés dans différents secteurs en Afrique, tels que:

Collecte de données pour les systèmes d’information géographique et les grandes données

Les systèmes d’information géographique (SIG) sont utilisés pour cartographier, visualiser et analyser les territoires.  Plusieurs sociétés africaines utilisent actuellement des drones de SIG pour collecter des photos aériennes plus claires que les photos satellites. Par rapport aux avions pilotés qui sont utilisés pour capturer des images spatiales, les drones sont flexibles et capables de voler sur place et d’accéder à des espaces non atteignables par les gros appareils. Les drones peuvent être déployés rapidement et les routes utilisées de manière régulière peuvent être automatisées minimisant l’erreur humaine. Ils sont également respectueux de l’environnement et réduisent considérablement le risque de dommages aux personnes ou aux propriétés. Enfin, les drones sont utiles dans la collecte de données d’émission tels que les informations sur les particules et autres polluants atmosphériques (CO2, CO, NH3, SO2, O3 et NO2). Ainsi, pour la collecte de données nécessitant des positions aériennes, les drones sont le meilleur outil à utiliser car ils peuvent être positionnés exactement sur l’endroit ciblé. Selon l’article de recherche « Autonomous monitoring, analysis, and countering of air pollution using environmental drones« , les drones environnementaux sont capables de collecter des données et de les envoyer à un ordinateur situé à la station de surveillance au sol qui produit des cartes de la cote air santé (CAS) des régions couvertes en utilisant un logiciel personnalisé pour la surveillance et l’analyse des données environnementales. Pour les entreprises qui font de l’analyse de Big Data et Machine Learning, les drones peuvent réduire considérablement le temps passé sur le terrain car ils peuvent capturer plusieurs types de données en un seul vol

Les drones dans l’agriculture

La communauté agricole a largement bénéficié de l’introduction des drones. Les agriculteurs sont confrontés au défi de produire suffisamment de nourriture pour répondre à la demande, mais les rendements des cultures peuvent être difficiles à prévoir. Ils peuvent utiliser des drones pour surveiller leurs champs plus efficacement et déterminer beaucoup plus rapidement où et quand ils doivent pulvériser des insecticides, arroser les champs ou toute autre action qui pourrait être nécessaire. 

Les drones dans les soins de santé

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2017, on estime que 295 000 femmes sont décédées dans le monde de causes largement évitables liées à la grossesse et à l’accouchement, les deux tiers de ces décès ayant eu lieu en Afrique subsaharienne. Cela s’explique en partie par l’incapacité de faire parvenir des poches de sang aux patientes dans  les temps en raison de la mauvaise infrastructure routière et des longues distances. En Afrique, les drones peuvent désormais être utilisés pour acheminer le sang et les vaccins dans les régions reculées, d’autres sont utilisés pour pulvériser du larvicide dans les marécages afin de lutter contre la malaria.

Quelques exemples de projets de drones en Afrique

Les projets ci-dessous sont dans différents secteurs:  soins de santé, agriculture, SIG, sécurité, photographie, industrie manufacturière etc… 

Drone Africa Service

Les drones se développent de plus en plus sur le continent car ils offrent des avantages très adaptés aux réalités locales : immensité des territoires, faibles coûts d’utilisation, rapidité du transport par voie aérienne etc. Au Niger la société Drone Africa Service s’est lancée dans la production de drones civiles (à différencier des drones militaires, premiers modèles à avoir vu le jour) destinés à la photographie aérienne et à d’autres services en direction de multiples secteurs : agriculture, environnement, surveillance des aires protégées, prévention et gestion des risques et catastrophes, BTP, communication, tourisme, etc. La startup ambitionne de devenir leader de l’imagerie aérienne en Afrique de l’Ouest.

Zipline

Le partenariat entre l’entreprise de la Silicon Valley Zipline  et le gouvernement rwandais a donné naissance à un dispositif novateur et à impact réel sur la santé des citoyens : depuis 2016, une vingtaine d’hôpitaux et de centres de santé du pays peuvent commander des poches de sang en urgence et se les faire livrer par drones. Cela accélère considérablement la livraison et permet aux professionnels de santé officiant dans les zones où les dons sont rares de sauver des vies. Le drone peut emporter une petite cargaison pesant jusqu’à 1,5kg et peut atteindre 90 km/h. Géolocalisé, l’appareil peut être suivi et il est programmé pour déposer la cargaison dans le périmètre du centre de santé ayant fait la demande de la poche de sang. Cette initiative montre que les nouvelles technologies peuvent avoir un impact considérable dans le domaine de la santé.

ATLAN Space

Portée par la start-up marocaine Smart Life Innovation co-fondée par Badr Idrissi et Younes Moumen en 2016, le projet Atlan space propose une solution de surveillance grâce à des drones pilotés par  intelligence artificielle. Avec une capacité de couverture de 2.000 hectares à l’heure sur un rayon d’action pouvant atteindre 800 km, ce système de surveillance aérienne par drones intelligents a été conçu pour lutter contre les phénomènes nocifs qui minent les ressources marines marocaines et africaines comme la pêche illégale, les activités maritimes de surface, sans oublier le déversement d’hydrocarbures dans les océans. Solution intelligente axée aussi bien sur l’économie que la préservation de l’environnement, Atlan Space a notamment gagné le prix de l’innovation de l’African Entrepreneurship Award lancé par la BMCE en 2017, après avoir bénéficié de soutiens financiers de Microsoft, de l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel et du gouvernement marocain.

Charis UAS

Charis Unmanned Aerial Solution est une société rwandaise, offrant des services de drones commerciaux, spécialisée dans la compréhension des besoins des clients, la construction de systèmes et l’intégration de capteurs, de drones et de solutions de données pour fournir un service de haute qualité. Ces services comprennent le conseil en matière de systèmes aériens sans pilote, la construction de drones et l’intégration de systèmes, la formation des pilotes et la formation à la sécurité, la maintenance des drones. La société a lancé des solutions de drones pour les agriculteurs travaillant dans les zones rurales afin de déterminer la quantité d’engrais nécessaire pour leur blé, elle a collaboré avec le ministère de la santé pour déployer des drones pour lutter contre le paludisme, et elle a travaillé avec le gouvernement pour cartographier les zones humides.

FasoDrone

FasoDrone est une entreprise de conception de système de drone et de traitement de données aériennes basé sur l’intelligence artificielle. Elle offre des données précises permettant de prendre des décisions rapides et rentables à faible risque. L’entreprise propose des solutions aux acteurs évoluant dans les domaines de l’agriculture, des mines, des bâtiments et travaux publics (BTP), du développement urbain et de la protection de l’environnement et des médias. Elle est basée au Burkina Faso.

Map Action

Map Action est une innovation technologique initiée par le cabinet Kaicedra-consulting au Mali. Le cabinet est spécialisé dans la géo-localisation des problématiques ou zones d’intérêts, la cartographie, le suivi et la mise à disposition de bases de données dans les domaines de l’environnement, du WASH (Eau, assainissement et hygiène) et du développement durable.

Zenvus

L’agritech, ou l’usage des nouvelles technologies (capteurs, drones, SIG, réduction des intermédiaires, mobile banking etc) dans l’agriculture se développe de plus en plus en Afrique, avec de nombreuses startups et projets lancés ces dernières années. C’est le cas de cette jeune entreprise nigériane Zenvus qui utilise des capteurs électroniques pour recueillir des données sur le sol concernant l’humidité, les nutriments, la température, le pH. Ces données sont ensuite envoyées par téléphone portable à un serveur Cloud, puis sont analysées pour adapter l’irrigation ou la fertilisation à la situation du sol. La startup utilise aussi des drones pour surveiller l’état de santé des cultures et détecter les signes de sécheresse et les ravageurs. Ainsi les agriculteurs sont de plus en plus connectés et informés sur leurs cultures ce qui permet une augmentation de la production agricole.

La question de la régulation des drones

Les données aériennes doivent être réglementées car elles sont liées à la protection de la vie privée ainsi  leur sécurité doit être fiable. Cependant, les réglementations relatives aux drones dans le monde sont encore en cours d’élaboration, et l’Afrique n’est pas une exception, les réglementations actuelles n’étant pas les mêmes dans tous les pays. Selon drone traveller blog, dans certains pays d’Afrique du Nord, tels que le Maroc, l’Algérie et l’Égypte, les drones privés sont interdits. Au Rwanda, en Tanzanie, au Kenya et au Botswana, les drones sont autorisés à voler avec la permission de l’autorité de l’aviation civile du pays, tandis que dans de nombreux autres pays comme le Liberia, par exemple, il n’existe aucun cadre juridique pour l’utilisation des drones. Dans d’autres parties du monde, les réglementations sont fixées en fonction du poids de l’appareil, de la distance entre l’aéroport et le lieu de vol, de l’altitude à laquelle le drone vole, de la zone dans laquelle il évolue, etc. L’harmonisation des réglementations relatives aux drones en Afrique permettra aux opérateurs de voyager plus facilement d’un pays à l’autre, facilitant ainsi la contribution de cette industrie au développement économique et social tel qu’envisagé par l’Union Africaine.