Oct 12

Les plates-formes d’apprentissage en ligne en Afrique et leur contribution durant la pandémie du COVID-19.

Rendre les contenus éducatifs accessibles aux étudiants via des plateformes d’apprentissage en ligne est une étape essentielle pour soutenir l’enseignement à distance dans le contexte actuel lié à la pandémie du COVID-19. Depuis que le premier cas de COVID-19 a été enregistré en Égypte en Février, la pandémie a déclenché une crise économique et sociale ainsi qu’une interruption des structures d’éducation dans divers pays du continent. 

Covid-19 : la nécessité de remplacer temporairement les établissements d’enseignement par des plateformes de eLearning  

La plupart des gouvernements africains ont temporairement fermé des établissements d’enseignement pour réduire la propagation du COVID-19. D’autres mesures ont été prises, telles que la fermeture des frontières et des politiques strictes de distanciation sociale, la fermeture d’églises, de restaurants, le travail à domicile obligatoire, etc.

Suite aux recommandations de l’OMS visant à prévenir la transmission entre humains du COVID-19, différents gouvernements et institutions ont élaboré des mesures de préparation et de réponse à la pandémie. Les applications et systèmes de connectivité qui permettent un accès gratuit aux contenus éducatifs sur les portails d’apprentissage en ligne ont été renforcés. Il a été déjà généralement admis que la technologie jouera un rôle important dans l’avenir de l’éducation en Afrique, et le virus a été un signal d’alarme pour répondre concrètement au problème.

Comme l’a développé le Ed Tech Hub, les principaux obstacles à l’efficacité des initiatives d’enseignement à distance proposées par les gouvernements sont l’absence :  

  • d’accès à des infrastructures et à des technologies efficaces  
  • d’électricité et de connectivité abordables et accessibles
  • d’accès à des équipements TIC appropriés 
  • d’un bon environnement d’apprentissage à la maison  
  • d’accès au matériel d’apprentissage et à un programme d’études approprié
  • de renforcement des capacités, de développement personnel et de formation

Le besoin de connectivité

L’UNICEF a également souligné que dans toute la région de l’Afrique de l’Est et du Sud, sur les quelque 65 millions d’enfants qui ne sont pas scolarisés, environ un sur deux ne bénéficient d’aucune forme d’apprentissage pendant l’interruption de l’éducation formelle.

Durant cette pandémie, de nombreuses plateformes d’eLearning ont été développées et d’autres ont été réactivées pour soutenir un très grand nombre d’étudiants non scolarisés : écoles primaires, écoles secondaires, universités, et au sein de nombreuses autres institutions d’apprentissage.

Selon l’UNESCO, 89 % des étudiants et élèves en Afrique subsaharienne n’ont pas accès aux ordinateurs domestiques et 82 % n’ont pas accès à Internet. Cela signifie que ces cours en ligne ne peuvent pas s’adresser à tous les élèves.

Selon Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO « S’il faut multiplier les efforts pour fournir la connectivité à tous, nous savons maintenant que la poursuite de l’enseignement et de l’apprentissage ne peut se limiter aux moyens en ligne. Pour réduire les inégalités existantes, nous devons également soutenir d’autres alternatives, y compris l’utilisation d’émissions de radio et de télévision communautaires, et la créativité dans toutes les formes d’apprentissage ».

L’essor des plates-formes d’apprentissage en ligne 

Dans cet article, nous allons présenter différentes plateformes d’eLearning en Afrique et leur contribution durant cette pandémie COVID-19 qui a gravement affecté le secteur de l’éducation en Afrique. 

Le site web Do4Africa compte actuellement 92 projets d’éducation en ligne dans toute l’Afrique, dont certains ont mis en place des fonctionnalités spécifiques pour aider les étudiants et les élèves à poursuivre leur enseignement pendant la période de confinement. 

Nombre de plateformes eLearning disponibles sur Do4Africa dans différents pays africains

M-Shule:

Créée en 2016 à Nairobi par Claire Mongeau, professionnelle de l’éducation et Julie Otieno, informaticienne, la start-up M-Shule se présente comme la première plateforme de gestion adaptative et mobile conçue pour améliorer les performances des élèves du primaire en Afrique subsaharienne, avec la mission de mettre un coup d’arrêt à l’échec scolaire qui concerne plus de 149 millions d’enfants en Afrique subsaharienne. Concrètement, la jeune pousse kényane met à la disposition des établissements scolaires, des élèves, mais aussi des parents une application de soutien scolaire accessible via le Web et par SMS pour contourner la barrière de l’accès à internet. Le programme M-Shule est par ailleurs capable de s’adapter au rythme d’apprentissage, aux difficultés et aux facilités de chacun en utilisant les données personnelles, l’intelligence artificielle, les neurosciences et la psychologie cognitive. Des rapports rédigés par l’application sont également envoyés aux parents et aux écoles bénéficiaires afin de rendre compte des avancées des apprenants, mais aussi constituer une base de données qui aidera les établissements à ajuster et optimiser leurs offres de formation. D’abord testée pendant 6 mois par un peu moins de 400 apprenants répartis à travers 15 écoles de la capitale kenyane en 2017, l’application M-Shule a été lancée officiellement en janvier 2018. Claire Mongeau souhaite désormais mettre l’accent sur le développement de produits et l’échelle à travers le Kenya, et ensuite à travers le continent.

Afin de mieux soutenir les apprenants et les individus durant l’épidémie du COVID-19, M-Shule propose une boîte à outils sur la santé et l’hygiène pour encourager une meilleure compréhension et connaissance des symptômes, de la prévention et de la réponse au COVID-19.

Tuteria:

Créée par Godwin Benson et Abiola Oyeniyi, Tuteria est une plateforme mettant en relation les personnes souhaitant acquérir une compétence avec des formateurs qui possèdent la compétence recherchée dans leur voisinage immédiat. Cette plateforme permet une approche personnalisée selon les besoins de chaque apprenant. Trois ans après sa création, Tuteria compte plus d’une dizaine de milliers d’utilisateurs encadrés par un millier de tuteurs qualifiés et approuvés, les cours les plus suivis étant ceux de programmation et de conception web. Tuteria a décroché plusieurs prix comme l’Africa Prize for Engeeniring Innovation 2017. Elle a également bénéficié de subventions de la part de Niara-Africa et Microsoft Nigeria pour son développement.

En raison de la pandémie du COVID-19, Tuteria propose des sessions de cours Zoom les lundis, mercredis et vendredis de 18h à 19h30, afin de permettre aux étudiants de rester concentrés alors qu’ils se préparent à reprendre leurs cours normaux.

Shule Direct:

Shule Direct est une entreprise sociale et solidaire qui fournit des outils d’étude numérique pour les étudiants du secondaire en Tanzanie. L’entreprise travaille avec des enseignants qualifiés dans le pays pour créer des notes numérisées, des tutoriels, des quiz, des podcasts et des vidéos et développer des solutions technologiques pour les transmettre aux étudiants à travers le pays et à travers le continent. Le référentiel proposé par Schule Direct est basé sur la technologie Cloud avec du contenu organisé et adapté au programme d’études local. Il dispose d’une interface API (Application Programmer Interface) qui fournit une interface unifiée permettant d’extraire le contenu approprié vers différents périphériques et plates-formes.

Pendant la pandémie COVID-19, Shule Direct est l’une des nombreuses plateformes de contenu électronique en Tanzanie qui ont établi des partenariats avec des fournisseurs de téléphonie mobile pour garantir la disponibilité de la plateforme sans qu’aucun forfait Internet ne soit nécessaire.

Passuneb:

Lancé en 2014, Passuneb est une plateforme d’apprentissage en ligne qui offre des ressources éducatives gratuites aux élèves du primaire et du secondaire. Le site Web propose des auto-tests en ligne, une bibliothèque en ligne permettant aux utilisateurs d’accéder à des livres électroniques, des laboratoires virtuels pour réaliser des expériences scientifiques amusantes ainsi que des conseils d’orientation. Ainsi, durant la pandémie COVID-19, Passuneb fait partie des fournisseurs de contenu qui ont été mis à la disposition de tous les parents pour qu’ils puissent poursuivre l’éducation de leurs enfants dans le confort de leur foyer.

Schoolap:

Créée en 2018, Schooolap est une plateforme en ligne offrant des applications web pour écoles, éducateurs , élèves et parents d’élèves. La plateforme propose plusieurs services, comme le paiement en ligne des frais de scolarité, un moteur de recherche de leçons pour les enseignants et des services en ligne de gestion de l’administration des écoles.

Pendant la pandémie COVID-19, le site www.schoolap.com propose un contenu pédagogique adapté au programme scolaire congolais et accessible gratuitement.

Snapplify:

Lancée en 2011, Snapplify est une plateforme d’Edtech basée sur le cloud et destinée à la distribution de contenu numérique aux écoles, aux entreprises et aux lecteurs. Depuis 2011, Snapplify s’est développée et s’est étendue à de nouveaux marchés en Afrique et aux États-Unis, avec des bureaux en Afrique du Sud, ainsi qu’à Nairobi, à Amsterdam et au New Jersey. Snapplify est soutenue par AngelHub Ventures, une société de capital-risque soutenue par l’ancien président-directeur général de la First National Bank, Michael Jordaan, et la famille Harris, ainsi que par des investisseurs internationaux.

Pendant la fermeture des écoles à cause du COVID-19, Snapplify et certains partenaires éditeurs kenyans unissent leurs forces pour fournir du contenu gratuit aux apprenants.

Snapplify a également annoncé le lancement d’une nouvelle initiative au Kenya pour aider les apprenants à se lancer dans l’apprentissage à distance. Ce programme s’appelle Free Access – un programme visant à fournir un accès gratuit et à court terme à des livres numériques, des livres électroniques, du matériel électronique et d’autres ressources pour les apprenants.

DigiClass:

Lancée en 2017, Digiclass est une plateforme d’apprentissage, de révisions et d’aide scolaire en ligne destinée aux élèves de la 6e à la terminale ainsi qu’aux professeurs et aux parents d’élèves qui veulent avoir un suivi régulier des performances de leurs enfants. Le projet a reçu le Prix Spécial Contenu du Prix Orange de l’Entrepreneur Social Afrique et Moyen-Orient 2018.

Comme indiqué par lefaso.net, l’équipe DigiClass a décidé d’anticiper le lancement du volet eLearning, initialement prévu pour la rentrée scolaire 2020-2021 comme une initiative visant à atténuer les effets de la maladie coronavirus dans le secteur de l’éducation.

REB_e_learning:

En raison de la crise mondiale liée à la pandémie du Covid-19 qui a touché tous les secteurs, la fermeture des écoles rwandaises a été appliquée pour éviter la propagation de la maladie. Le REB (Rwanda Education Board) a mis en place une plateforme d’apprentissage en ligne pour aider les étudiants à poursuivre leurs études. Pendant qu’ils sont chez eux, les élèves continuent d’apprendre et sont soutenus par leurs enseignants et leurs parents en utilisant la plateforme d’apprentissage en ligne du REB. La plateforme est accessible sur les ordinateurs portables, les ordinateurs de bureau, les tablettes et les smartphones. Deux options sont disponibles, un site web et une application mobile. Même sans inscription, il est toujours possible d’accéder au contenu mais sans interaction avec l’enseignant ou le tuteur ni l’opportunité de réaliser des activités et des évaluations.

Mauritius Student Support Programme (SSP) :

En utilisant une approche centrée sur l’étudiant, le Student Support Program vise à donner aux étudiants une plus grande appropriation de leur apprentissage et les aide à devenir des apprenants indépendants. Le SSP met l’apprentissage numérique à la portée de tous. Le programme de soutien aux étudiants (SSP) est une initiative du Ministère de l’éducation et des ressources humaines, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en collaboration avec l’Open University of Mauritius (OU), le Mauritius Institute of Education (MIE) et le Mahatma Gandhi Institute (MGI). Le site propose du matériel pédagogique pour les élèves de 7e année et vient de commencer pour la 8e année. Il est conçu pour assurer le respect du programme d’études.

Ce programme de soutien aux étudiants a été mis en place dans le cadre de l’éducation de base continue (NYCBE) visant à soutenir les étudiants durant la pandémie en produisant un certain nombre de leçons vidéo pour les élèves du secondaire de la 7e à la 9e année.

Conclusion

La demande d’enseignement à distance a mis en évidence d’importantes fractures numériques au sein des pays ; la plupart des enfants et des jeunes des pays à faibles et moyens revenus n’ont pas accès au haut débit ou aux appareils numériques et sont encore plus susceptibles d’être laissés pour compte. Selon la GSMA Mobile Internet Connectivity 2020, seuls 26 % des pays d’Afrique subsaharienne avaient adopté l’internet mobile à la fin de 2019.

Cependant, les nations africaines sont à l’œuvre pour combler cette fracture numérique par le biais de différents programmes tels que le Africa50 innovation challenge qui vise à apporter la connectivité au dernier kilomètre. La technologie a le potentiel de transformer l’apprentissage en Afrique, il faut donc investir davantage dans les TIC dans tous les secteurs de l’économie, et en particulier dans l’éducation.